منتديات الوحدة للتربية والتعليم

منتدى التربية والتعليم بالمغرب
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 Le Bourgeois Gentilhomme de Molière

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
مدير المنتدى


عدد الرسائل : 1250

مُساهمةموضوع: Le Bourgeois Gentilhomme de Molière   الأربعاء يوليو 14, 2010 12:20 am

Commentaire critique

Quel est le sujet de la pièce ?

Si l’on considère, comme c’est souvent le cas, que l’intrigue du Bourgeois Gentilhomme est celle, classique, d’un mariage d’amour contrarié, on est en droit de conclure que la pièce est mal bâtie. En effet, les actes I et II sont une série de lazzi, et l’intrigue du mariage de deux jeunes gens contrariés par les lubies d’un père obstiné ne se noue qu’à l’acte III, et encore, d’une manière très sommaire et invraisemblable. Qu’est-ce qui fait donc la spécificité de la comédie ? l’insistance sur le caractère du père qui fait obstacle, comme l’écrit Georges Forestier. Ou le mariage de Lucile et Cléonte, celui des domestiques et de Dorante et Dorimène. Aucune de ses interprétations ne permet de rendre compte de la structure dramaturgique de la pièce, qui présente deux premiers actes très brefs, un acte III très long et à nouveau deux actes brefs. Les personnages qui feront le dénouement de la pièce n’apparaissent qu’à l’acte III. Et le spectateur échappe à la scène, classique et attendue, de confrontation entre Lucile et son père. L’éclairage est-il donc réellement mis sur ce mariage ?

Le véritable sujet du Bourgeois Gentilhomme n’est pas le mariage, mais la tentative d’accession à la noblesse de Monsieur Jourdain. Ainsi, les actes I et II dépeignent le caractère du bourgeois, personnage à chimère - pour reprendre la distinction qu’établit Philippe Dandrey entre personnages à marotte et personnages à chimère - et montrent les débuts de réalisation fantasmatique du projet de Monsieur Jourdain : l’accession à la noblesse. Et un programme d’action se met en place. L’intrigue est d’ores et déjà nouée. Mais à la pleine réalisation de cette action font barrage des obstacles subjectifs ou symboliques qui tiennent à l’incapacité de Monsieur Jourdain de s’approprier cette identité chimérique. Pour accéder à la distinction, deux voies sont en effet possibles : la métamorphose et l’alliance. Monsieur Jourdain explore tour à tour chacune de ces deux voies, en vain. La comédie, comme la tragédie classique, s’ouvre au matin d’un grand jour. Le Bourgeois Gentilhomme doit prendre l’habit et recevoir pour la première fois une marquise : deux actions qui sont pour lui le signe de son accession au monde des gens de qualité. Pour ce faire, il s’entoure de tous ceux qui peuvent faciliter sa métamorphose. Les maîtres lui servent des satisfactions imaginaires, à l’instar des garçons tailleurs qui le payent de force « Monsieur », « Monseigneur », « Votre Grandeur ». En réalité, les actes I et II donnent à voir l’impossible métamorphose du corps de Monsieur Jourdain : la souplesse d’un corps distingué ne s’achète pas. Monsieur Jourdain, dans sa raideur, devient un monstre social, qui exhibe un langage corporel appris sur le tard et très mal digéré, pour le plus grand plaisir du spectateur. Au troisième acte, la contradiction interne au personnage devient externe et l’alliance personnelle sur le mode de la galanterie amoureuse avec Dorimène se solde elle aussi par un échec. L’autre obstacle à la chimère de Monsieur Jourdain, c’est sa famille et en particulier sa femme Madame Jourdain, qui agresse Dorante, par la trivialité délibérée de son langage. Aux actes IV et V, les apories de la situation se résolvent dans la logique même de leur constitution. Tout va réussir. Monsieur Jourdain, en restant dans sa chimère, devient le grand Mamamouchi. Il apprend plus facilement le turc que les usages de la noblesse française. Le dénouement l’insère dans son principe de plaisir, tandis que, dans la réalité de la comédie, les autres parviennent à leurs fins : Lucile épouse son bien-aimé, Dorante épouse Dorimène et Madame Jourdain retrouve son mari. Ainsi s’opère un miracle poétique : se rejoignent la fonction morale et la fonction du rêve. La fonction morale dit qu’un bourgeois ne peut devenir noble. Mais, pour autant, la cérémonie turque n’a pas de fonction curative. On reste dans l’illusion. Une comédie-ballet Le Bourgeois Gentilhomme est la seule pièce de Molière à avoir pour sous-titre « comédie-ballet ». C’est l’exemple le plus abouti du mélange des arts dans un genre que le hasard aurait imposé à Molière : l’invention de la comédie-ballet remonte à la représentation des Fâcheux à Vaux-le-Vicomte. Molière n’avait pas assez de danseurs pour les avoir tous sur scène : la comédie est là, comme un interlude qui permet aux danseurs de se changer. Le mélange des arts existaient déjà dans la commedia dell’arte et dans l’opéra italien, inconnu en France à cette époque. Mais les ornements chantés et dansés étaient surajoutés dans la commedia dell’arte et, à l’opéra, la comédie était subordonnée à la musique. Molière, lui, a le projet de ne faire qu’une « seule chose », un seul élément scénique de la comédie et du ballet, et soigne particulièrement les coutures entre les différents langages pour rendre les intermèdes nécessaires dans le déroulement de la comédie. Dans Le Bourgeois Gentilhomme, toutes les insertions musicales et chorégraphiques sont motivées par l’intrigue ellemême : soit qu’elles soient partie intégrante de la scène, comme la chanson de Jeanneton, la leçon de menuet, l’habillage en cadence de l’acte II, le grand ballet de la fin ; soit qu’elles déplacent dans un langage autre des mouvements collectifs et animés, comme l’entrée des cuisiniers qui apprêtent la table à la fin de l’acte III ; soit s’intègrent à l’action comme un épisode de l’action, comme la cérémonie turque, essentielle à l’in- trigue. Il n’y a donc pas, comme à l’opéra, transposition d’un langage parlé en un langage chanté et dansé, mais juxtaposition de langages, dramatiquement motivés. Ces juxtapositions et jeux de langage sont l’occasion pour Molière de jouer et de faire rire de dissonances entre plusieurs registres et plusieurs styles : le burlesque et le galant, gage de qualité esthétique. La dissonance peut être interne et donner à voir les différences de style entre les morceaux galants et les pièces bouffonnes. La cérémonie turque par exemple crée un langage de fantaisie, sans convention, que Monsieur Jourdain apprend sans peine, parce que c’est une langue sans figure. On est face à un paradoxe : là où Monsieur Jourdain voudrait imposer aux jeunes générations une rupture avec la culture traditionnelle du fait de son autorité paternelle, les jeunes générations, en imaginant un stratagème pour lui donner satisfaction, lui permettent de retrouver sa culture : le turc qu’il apprend plus facilement que la prose galante. Le ballet des nations mêle éléments triviaux à l’intérieur d’un ensemble poétique. Ces dissonances créent un effet de satire par rapport au ballet galant. Les dissonances peuvent être externes et apparaissent dans les commentaires de Monsieur Jourdain qui crient son manque de goût et sa non-maîtrise des codes de la Cour. Ces commentaires s’inspirent d’une visée essentiellement consumériste de la culture. Les vers doivent être pour lui « de petits dictons assez jolis ». Il faut ragaillardir les chansons et ramener la poésie à une collection de sentences bourgeoises faciles à mémoriser. On est cependant en droit de se demander si Monsieur Jourdain ne fait pas la satire d’une convention aristocratique esthétiquement et moralement vide et si finalement Molière, qui a toujours voulu s’adresser au parterre « qui juge par la bonne façon d’en juger » autant qu’au public de Cour,ne se moque pas autant des maladresses de son personnage que des conventions qu’il met à mal.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://forum-alwahda.yoo7.com
 
Le Bourgeois Gentilhomme de Molière
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» résumé du bourgeois gentilhomme

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات الوحدة للتربية والتعليم :: مــنــتدى المــنــظـــومــــة الـــتـــعـلـيـمـيـــة :: أساتذة و تلاميذ التعليم الثانوي التأهيلي :: الجذع المشترك-
انتقل الى: