منتديات الوحدة للتربية والتعليم

منتدى التربية والتعليم بالمغرب
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 المواضيع الانشائية للغة الفرنسية لاولى بكلوريا expresion ecrit

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
najat12
عضو جديد
عضو جديد


عدد الرسائل : 9

مُساهمةموضوع: المواضيع الانشائية للغة الفرنسية لاولى بكلوريا expresion ecrit   الثلاثاء يوليو 13, 2010 8:18 pm

Sujet 1:

Avez vous visité une voyance ? Racontez.

-----

Je n’ai jamais cru à la voyance, mais un jour j’étais obligé de le visiter. C’était à la fois une curiosité et une demande. J’avais trop de questions qui m’irritaient et c’était une occasion pour vérifier l’authenticité des voyants.
La maison était sombre et puante. Une foule d’hommes et de femmes attendaient leurs tours. J’examinais leurs regards inquiets et leur désespoir. Il y avait aussi des riches.
J’entrai. Le voyant m’épiait de regard. Il était sale avec sa barbe des bohémiens. Il tenait entre ses mains un Chaplet et récitait des versets de je ne sais quel livre saint.
Il me lança mon nom, le prénom de ma mère et me dit que j’avais cent dirhams dans la poche. J’étais surpris. J’avais soudainement une peur qui faisait trembler mon corps. Sans trop réfléchir, j’avais jeté les cent dirhams et pris la fuite.

Sujet 2:

exemple d'un ****e narratif
raconter une séquence de vie dans un bain maure

----
Le bain maure suscite pour moi à la fois l’effroi et la nostalgie. Les souvenirs, j’en garde des images floues. La première visite reste cependant éternelle. C’était un Dimanche estival. Tous les enfants jouaient dehors. Moi, je regardais inlassablement ma mère en train de se préparer pour me ramener à un lieu qui m’était jusqu’alors méconnu, voire mystérieux.
A la grande porte du bain, une vieille et grosse femme m’examina minutieusement pour s’assurer de mon âge. Elle avait la possibilité de lire les ans et les mois dans les fins tissus du visage et qu’un microscope sophistiqué n’arrive pas à détecter. Une fois la permission donnée, une porte merveilleusement glissante s’ouvrit et laissa échapper une vapeur chaude et puante.
Je demeurais un instant perplexe. Mes pas furent courts et hésitants, pendant que ma main se colla inconsciemment à celle de ma mère. Elle me dénuda comme pour effacer une fois pour toute la rougeur de mes petites joues. J’avais encore cinq ans, et je ne sais pas si je dois qualifier ma situation de honte ou d’une conséquence normale de la chaleur infernale dominant le lieu.
Le bain se composait de trois grandes salles soigneusement séparées l’une de l’autre afin de garder la température. Les enfants préféraient la plus proche du cabinet de caissière. Elle était moins chaude et par conséquent moins fréquentée par les femmes. On y nouait des relations ambiguës. Le lieu m’était toujours inconnu.
Je me baladais d’un coin à un autre, en quête de réponses à des questions qui me dérangeaient. Mes mains tremblaient. La lumière terne et l’air écœurant m’asphyxiaient. Une grande douleur abattait mes entrailles. J’avais besoin de vomir. Mes yeux s’alourdirent. Je ne les avais ouverts que chez moi à la maison.



Sujet 3:

La peine capitale est-elle le moyen le plus fiable pour combattre la criminalité?

------

L'Homme a toujours essayé de faire dominer la loi pour lutter contre le crime. Transgresser cette loi peut coûter trop cher. La peine capitale en est la sanction la plus ancienne. Les méthodes pour tuer diffèrent, le résultat toutefois est toujours le même. Mais, cette sanction est-elle le moyen le plus fiable ? n Pour répondre à cette problématique, on va de prime abord parler des conséquences d'une telle punition; en second lieu, on va montrer son inutilité

En réalité, tuer un criminel signifie sans trop réfléchir tuer toute une famille. Cette dernière, sera directement touchée. L'orphelinat des enfants pourrait avoir également des résultats inattendus. On peut imaginer que deviendra le fils d'un condamné à mort.
De plus, tuer un homme, et au lieu de faire peur aux autres, peut faire de lui un héros. La preuve en est que le taux de la criminalité est toujours en progression dans les pays où la peine est pratiquée
Il est vrai que le criminel doit être puni, mais comment? En exerçant un autre crime? En tuant une personne qui peut être innocente? En massacrant un individu désespéré? En faisant couler le sang et les larmes
La justice est entre deux forces: la loi et la réalité. Et avant de juger quelqu'un, il faut juger la société et les condition où il vit.
Pour conclure, on peut dire que la peine capitale n'est plus un moyen fiable pour combattre la criminalité. Et si on a à tuer quelqu'un, c'est la misère et le désespoir


Sujet 4:

Tu es pour ou contre la peine de mort?

-----

La peine de mort est un sujet d'actualité. Un bon nombre de pays adopte encore cette sentence pour, soi-disant- combattre la criminalité. Doit-on l'abolir? Pour répondre à cette question, on va discuter d'abord l'utilité d'un tel verdict; ensuite on va parler des solutions

En réalité, la peine de mort est inutile. En d'autres termes, ceux qui croient que cette peine supprime de la société la criminalité ont tort. Il s'agit d'un constat: le nombre des criminels est en augmentation même dans les pays qui adoptent la peine capitale dans ses tribunaux. Prenons par exemple l'Amérique des ةtats-Unis où l'homme est en danger continu. Par conséquent, on peut se demander pourquoi on insiste sur une peine qui n'a aucune utilité? l

En outre, tuer au nom de la loi est aussi un crime. L'histoire de Victor Hugo qui relate les dernières heures d'un condamné nous révèle l'atrocité du verdict et le sadisme des juges. Il va mourir, peut-être il mérite, mais avec lui meurent sa femme, sa mère et sa fille. Trois veuves sont la victime d'un jugement aveugle. Qui punit qui? Voici la question. Et la solution est claire: c'est la société qui crée des criminels; il faut donc juger la société; c'est la politique qui alimente la haine; il faut donc juger la politique. C'est la misère qui pousse à voler; il faut donc juger l'économie

Doit-on abolir la peine capitale? La question ne doit même pas se poser, parce que jamais un crime n'efface un autre crime.



Le rêve حلم

Les rêves soulagent souvent et consolent toujours je me rappelle. Un vendredi après-midi ou la chaleur était torride .j’étais en classe pendant le cours de français au déjeuner, j’avais mangé trop de couscous et je m’assoupissais la leçon .je rêvais que j’étais en compagne de ma bien-aimée sur au bord de la mer. La main dans la main .nous marchions sur la plage au sable d’or et nous échangions de mots dameur et des fois de petit baisers innocents tout a coup, le professeur me posa une question mais je ne l’entendis pas alors, une gille me fit sursauter j’étais à la fois honteux et déçu : la réalité a pris le dessus et mon rêve est parti en fumée

وهدا المزيد


Les souvenirs d'enfance restent gravés dans la mémoire. Rédigez un ****e où vous évoquez vos premiers souvenirs à l'école, vos sentiments et vos commentaires


C'est ce jour la, un lundi matin que le professeur de français rend les compositions et les classements de fin d'année. Devant le portail du college, j’attendais avec impatience que le gardien ouvrit les portes et que nous nous engouffrions dans la cour de la récréation quelque mètres devant moi, j’aperçu Ansari, celui à qui le professeur de français ne cessait de distribuer des bons points pour le récompensèrent de son excellent travail.
Sept minutes après, le professeur apparut sur le seuil de la classe et appela au rang par deux. Nous nous mimines en file indienne et nous pénétrions dans la salle de cours. «Allez ! Nous ordonna le professeur, asseyez-vous! Je vais commencer par vous rendre les compositions et les classements, puis nous terminons les jeux commencé la dernière séance."
tandis qu'une angoisse régnait sur les rangs. Le professeur s'assit derrière un pile de copies qu'il avait posée sur son bureau.une émotion forte me poigna.je pensais au moment ou le professeur allait dire : untel, premier, unteldeuxieme.Chacun savait que c'était Hicham qui aurait la première note.Qelques élève marquait des signes d'impatience.
Le professeur se leva s'avança au milieu de la rangée central, puis lança le verdict tant attendu : " premier, mimouni." il y eut une grande stupéfaction dans la classe : il ne savait même pas combien font un plus un: il ne savait pas lire, pas écrire.
Le visage d'Ansari était devenu sombre .lorsque le professeur annonça que far était deuxième, c'est moi qui vacilla. J’étais sur d'avoir la deuxième note. Mais c''était un fainéant qui me volait ma joie. Mais quand le professeur jeta sur nous le regard malicieux, nous comprimes qu'il était en train d'annoncer le classement à l'envers, pour se moquer des cancres. Toute la classe rit de bon cœur



Sujet4
Racontez un récit où vous évoquez le souvenir (réel ou imaginé) d'une visite chez un voyant ou un guérisseur





J'ai une toute petite mémoire et il m'arrive souvent d'oublier où j'ai mis mon cartable. Toutefois, il y a des souvenirs d'enfance qui sont tatoués dans cette mémoire.
Je me rappelle encore – j'avais à peine trois ou quatre ans-, j' accompagnai ma grand-mère chez un voyant. Lalla, c'est ainsi que j'aimais appeler ma grand-mère, me prit dans ses bras, un jour où mes parents étaient absents, et sortit. Elle me dit qu'on allait voir un homme de très grande valeur. Elle l'appelait Ch'rif. Je vois encore devant moi Lalla frapper à la porte d'une maison, et un garçon de mon âge venir ouvrir. Sans dire un mot, il nous montra le chemin. Par des escaliers étroits, nous arrivâmes à une petite pièce mal éclairée. Un monsieur, à la barbe blanche et au turban vert, était assis sur une vieille natte. Il nous demanda de nous installer. Lalla lui demanda de voir mon avenir. Je ne comprenais rien à tout ce rituel, mais je suivais avec attention ce que faisait le vieil homme. Il me paraissait si mystérieux. Ses paroles étaient presque incompréhensibles. Je croyais qu'il parlait quelque langue secrète mais Lalla semblait suivre avec attention. Elle hochait sa tête en signe d'accord. De temps en temps, elle lui posait quelques petites questions à mon sujet. Il répondait brièvement en ajoutant de l'encens dans le brasero qui était devant lui. Puis, sans que j'arrive à comprendre ni pourquoi ni comment, ma grand-mère lui glissa nerveusement quelque chose dans la main, me porta dans ses bras et sortit vite les yeux en larmes. Ce que le Ch'rif lui dit, je ne l'ai point compris. Mais quelques années plus tard, elle me rappelait tout le temps que ce bon vieux monsieur lui avait dit qu'il ne me restait pas plus de deux ans à vivre. Elle a dû , semble-t-il- attendre ma mort longtemps.
Et chaque fois qu'elle se souvenait de cette scène, elle me disait : l'avenir ne peut être lu par des hommes. Seul Allah peut le savoir. Qu'Allah bénisse son âme. Les souvenirs d'enfance restent gravés dans la mémoire. Rédigez un ****e où vous évoquez vos premiers souvenirs à l'école, vos sentiments et vos commentaires
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
المواضيع الانشائية للغة الفرنسية لاولى بكلوريا expresion ecrit
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتديات الوحدة للتربية والتعليم :: مــنــتدى المــنــظـــومــــة الـــتـــعـلـيـمـيـــة :: أساتذة و تلاميذ التعليم الثانوي التأهيلي :: الاولى سلك بكالوريا-
انتقل الى: